Colocation : 
assurance habitation en colocation

Publié le 10 nov. 2020
Temps de lecture : 7 minutes
Partager un appartement ou une maison à 2, 3, 4, 5 ou plus... Une pratique de plus en plus courante par souci d’économie, par envie de convivialité ou les deux. La colocation séduit les jeunes, mais aussi les familles monoparentales et les seniors. Elle nécessite de suivre quelques règles et notamment de s’assurer. Explications.

La colocation consiste à louer un logement à plusieurs et de partager les frais entre les colocataires. Le logement est en principe leur résidence principale. 

La contrat de colocation peut se formaliser par :

  • un bail unique signé par les tous colocataires, 
  • plusieurs baux en fonction du nombre de colocataires. 

La location d’un couple pacsé au moment de la signature du bail n'est pas une colocation. 

colocation

Bon à savoir

Pour se protéger des risques d'impayés, le propriétaire peut insérer une clause de solidarité dans le bail. Chaque colocataire (et sa caution) s'engage alors à payer la part des autres colocataires si ces derniers ne la paient pas.

Sans cette clause de solidarité, chaque colocataire (et sa caution) ne paye que sa part du loyer et des charges locatives au propriétaire.


Qu’il s’agisse d’un logement meublé ou non meublé, les colocataires doivent obligatoirement assurer la maison ou l’appartement, comme pour toute location. L’assurance minimum à souscrire est la garantie contre les risques locatifs qui couvre les dommages matériels causés par un incendie, une explosion ou un dégât des eaux. 
Simulation assurance habitation
colocation

Les prix des assurances dépendent de nombreux facteurs : de la situation du logement, du type de logement, du quartier, de l’étage, de la surface, du nombre de pièces, du nombre d’occupants... Et de l’étendue des garanties. 

On vient de le voir, la garantie des risques locatifs, assurance obligatoire minimum, ne couvre que les dommages causés à l’immeuble par un incendie, une explosion ou un dégât des eaux. C’est la formule la moins chère. Mais il faut savoir que cette garantie ne couvre pas les dégâts que les locataires peuvent causer : 

  • aux voisins (exemple : dégradation du plafond suite au débordement d’un lave-linge)
  • aux biens des colocataires (exemple : destruction d’un appareil électro-ménager par un feu de poubelle). 

Il est indispensable de se protéger au cas où la responsabilité civile du locataire serait engagée. En cas de sinistre, chaque locataire est co-responsable. Il est donc essentiel que chacun vérifie qu’il est bien couvert par une assurance Responsabilité civile.

Pour bénéficier d’une couverture complète et protéger les colocataires contre les autres risques (vol, vandalisme, vitres cassées, catastrophes naturelles...), il est prudent de souscrire une assurance multirisque habitation (MRH). 

Cette assurance, bien plus étendue que la garantie des risques locatifs, s'adapte aux besoins des colocataires en proposant des garanties modulables :

  • Incendie, dégâts des eaux
  • Tempête, neige, grêle
  • Attentats
  • Responsabilité civile
  • Catastrophes naturelles et technologiques
  • Bris de glaces 
  • Vol, vandalisme
  • Assistance
Vous aurez peut-être besoin de renforts, par exemple pour couvrir les dommages électriques, les installations extérieures ou les équipements de loisirs (vélo, cave à vins, matériel informatique, instruments de musique...).
Les garanties multirisques Allianz

Si les colocataires ont signé un contrat de bail unique, un contrat d'assurance habitation unique peut couvrir tous les colocataires. Le contrat devra mentionner le nom de chaque colocataire. Le bailleur peut aussi souscrire une assurance pour le compte de ses colocataires. Le coût de la prime d’assurance annuelle est alors réparti entre les locataires et intégrée au loyer mensuel. Cette option doit faire l’objet d’une clause dans le contrat de bail.

Si les colocataires ont signé chacun un contrat de bail individuel, alors chacun doit souscrire une assurance individuelle. La souscription chez le même assureur peut simplifier le dédommagement en cas de sinistre, source de litiges. Pensez-y ! 

colocation

Votre propriétaire ou bailleur vous demandera systématiquement de lui fournir une attestation d’assurance à la signature du contrat, plus rarement à l’entrée dans les lieux. Il faut donc anticiper cette obligation et se renseigner avec les autres colocataires sur les assurances habitation dès que vous trouvez le logement.

Le propriétaire exige également chaque année une nouvelle attestation d’assurance prouvant que vous êtes toujours bien assuré. 

Sachez que si vous ne lui fournissez pas d’attestation, le propriétaire a le droit de résilier le contrat de location. 

Si vous faites un peu de résistance pour lui procurer l’attestation, il peut vous adresser une mise en demeure et, au bout d’un mois, souscrire lui-même l’assurance des risques locatifs pour le compte des colocataires. Il ajoutera alors 1/12e du prix annuel de l’assurance au montant du loyer (plus éventuellement une majoration de 10%).

assurance responsabilité civile
Répertoriez les biens de chaque colocataire (meubles, matériel informatique, électronique, multimédia...). Certains équipements du logement ont peut-être besoin d'une assurance particulière.
assurance responsabilité civile
Estimez précisément la valeur des biens mobiliers de chaque colocataire de manière à déterminer non seulement le prix de la prime d’assurance mais aussi la somme des indemnités à laquelle vous aurez droit en cas de sinistre. 
assurance responsabilité civile
Conservez dans un lieu sûr, sur le Cloud ou dans un coffre-fort numérique par exemple, les justificatifs de vos biens (factures d’achat, photos, garanties). En cas de sinistre, il sera possible de prouver leur existence auprès de l’expert de la compagnie d’assurance.

Départ à l’étranger, stage, changement d’université... Les changements sont fréquents dans les colocations étudiantes. Si l’un des colocataires quitte la communauté, signalez-le au propriétaire dès son départ bien sûr, mais aussi à l’assureur si vous avez un contrat d’assurance unique afin qu’il fasse un avenant au contrat. 

Même chose si l’un des locataires achète un objet de valeur : du matériel du musique ou des enceintes de prix par exemple. Il est nécessaire d’ajuster le contrat d’assurance pour être mieux remboursé en cas de sinistre (inondation, cambriolage...).

colocation

Pour avoir une bonne idée des prix pratiqués sur le marché, comparez. Faire une estimation permet de prévoir votre budget.

Mais attention, derrière des prix attractifs, les garanties sont parfois limitées. Détaillez-les. Passez en revue l’étendue des garanties, les plafonds de remboursement, les exclusions, les franchises (montant qu’il vous reste à payer après indemnisation) et les services d’assistance qui s’avèrent souvent utiles en cas de sinistre.

Ensuite faites vos comptes : l'offre la moins chère est-elle vraiment la meilleure assurance habitation ? A voir... Ne cherchez pas à gratter à tout prix sur les économies quand il s’agit de protection. La différence de prix, répartie entre les différents colocataires, sera sans doute minime pour une prestation plus complète.

Obtenez un devis en 2 minutes

  • Renseignez les informations sur votre logement
  • Visualisez immédiatement plusieurs niveaux de tarif
  • Précisez vos besoins, choisissez les options souhaitées
  • Obtenez un tarif 
Obtenir un devis
  •  Vous êtes intéressé ?
    Poursuivez : souscrivez en ligne et recevez immédiatement votre attestation. 
assurance responsabilité civile

Même si l’on souhaite que ça n’arrive jamais, il faut toujours se préparer à cette éventualité... Premiers réflexes :

  • déclarez le sinistre à l’assureur (ou aux assureurs) par téléphone. Il vous indiquera les dispositions à prendre en urgence et la marche à suivre.
  • prévenez le propriétaire
  • fournir une liste des objets endommagés et un état des lieux des parties communes 
  • confirmez votre (ou vos) déclaration(s) par courrier recommandé dans les 5 jours suivant l’événement (2 jours pour un vol et 10 jours à compter de la parution de l'arrêté interministériel dans le cas de catastrophe naturelle). 

Chaque colocataire doit réunir tous les justificatifs prouvant la propriété et la valeur des biens endommagés (factures, photos du sinistre, témoignages...). Cela facilitera la prise en charge.

Avec l’application Mon Allianz Mobile, vous pouvez suivre l’indemnisation de votre sinistre.

Nos solutions en cas de sinistre
  • Solidaires ou indépendants ? choisissez le format de votre contrat de colocation : 1 bail ou plusieurs, clause de solidarité…
  • Bien réfléchir avant d’agir : prendre le temps de bien choisir vos garanties afin d’éviter toute mauvaise surprise par la suite
  • Les bons comptes font les bons amis : estimer les biens de valeur de chaque colocataire
  • Protéger ce qui compte pour vous : assurez vos biens avec les options adaptées et conservez vos factures de façon numérique
  • Vous avez la bougeotte ? en cas de changement dans la colocation, prévenez l’assureur
  • Agir sans délai : en cas de sinistre, n’attendez pas pour le déclarer à votre assureur
Voir tous nos conseils