Attention: Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Pour un affichage optimal, merci d’utiliser un navigateur plus récent : Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge.


Contre-visite de contrôle technique et défaut de contrôle technique

Publié le 26 sept. 2021
Temps de lecture : 4 minutes
Vous le savez, tous les véhicules particuliers doivent obligatoirement passer un contrôle technique périodique dans un centre agréé. Mais que se passe-t-il quand la voiture est refusée au contrôle technique ? On vous explique tout.

La contre-visite est demandée à la suite d'un résultat défavorable au contrôle technique.

Lors du contrôle technique, le véhicule est en effet épluché sous 133 points de contrôle différents ! A l'issue du contrôle technique, le contrôleur remet les résultats au propriétaire du véhicule : 

  • Un procès-verbal de contrôle avec les mesures réalisées, les défaillances éventuellement identifiées et le résultat du contrôle.
  • Un timbre qu'il colle sur le certificat d’immatriculation. Celui-ci indique le résultat du contrôle et la date de limite de validité du contrôle.
  • Une vignette, à coller en bas, à droite du pare-brise.
assurance bris des glace
  • Résultat des courses : si votre véhicule décroche un avis favorable, tout va bien. Mais s'il recueille un avis défavorable, le contrôleur prescrit une contre-visite.

Si le contrôle technique met en évidence une défaillance sur un point contrôle, un niveau de gravité est indiqué.

  • Une défaillance mineure n'a aucune conséquence sur la sécurité du véhicule ou sur l'environnement.
  • Une défaillance majeure risque de compromettre la sécurité du véhicule, de nuire à l'environnement ou de mettre en danger les autres, conducteurs ou usagers de la route.
  • Une défaillance critique est un danger direct et immédiat pour la sécurité routière et peut avoir un impact grave sur l'environnement.
  • L’identification du véhicule : carte grise, plaque d'immatriculation...
  • Le freinage : plaquettes de freins, disques...
  • La direction : volant, boîtier...
  • La visibilité : vitres, pare-brise, rétroviseurs, essuie-glaces...
  • Les feux, dispositifs réfléchissants et équipements électriques
  • Les essieux, roues, pneus, suspension
  • Le châssis et les accessoires : carrosserie, portes, poignées, sièges...
  • Les autres équipements : ceintures de sécurité, airbag, klaxon (avertisseur sonore)...
  • Nuisances : bruits, pollution, échappement...

Si vous avez un résultat défavorable - défaillances majeures ou critiques - vous devez faire effectuer les réparations des défauts signalés puis représenter votre véhicule au centre de contrôle.

    S'il s'agit de défaillances majeures, vous pouvez continuer à rouler.

    S'il s'agit de défaillances critiques, vous ne pouvez plus circuler à compter de minuit.

Dans les 2 cas, la contre-visite doit être réalisée dans un délai de 2 mois moins 1 jour maximum à partir du jour du contrôle technique.

Passé ce délai, vous risquez une amende pour défaut de contrôle technique et devrez repasser un contrôle technique complet.

Si le contrôle technique révèle à la fois des défaillances majeures et des défaillances techniques, faites réparer les défaillances critiques en priorité et passez la contre-visite pour pouvoir continuer à conduire et puis faites réparer les défaillances majeures et passez la contre-visite dans les 2 mois pour vous mettre en conformité.

vérification contrôle technique refusé

Si vous oubliez de faire le contrôle technique dans les délais - ou si vous passez outre - sachez que vous risquez une amende forfaitaire de 135 € qui peut grimper jusqu'à 750 € !

On ne plaisante pas avec les délais obligatoires... D'autant qu'en cas de contrôle, la police ou la gendarmerie peut décider d'immobiliser le véhicule et de retirer la carte grise - avec en échange remise d'une fiche de circulation valable 7 jours pour faire le contrôle technique. Pour récupérer sa carte grise, le conducteur devra quoi qu'il en soit faire le contrôle technique et présenter le procès-verbal avec un résultat favorable.

Les tarifs du contrôle technique - tout comme les tarifs de la contre-visite - ne sont pas réglementés.

Les prix sont donc fixés librement par les centres et les tarifs du contrôle technique dépendent du type de véhicule, du type de carburant - essence, diesel, électrique, hybride...- de la zone géographique...

Pour la contre-visite, les prix varient aussi selon la nature de la contre-visite et du nombre de points à vérifier.

Que vous cherchiez à faire un contrôle technique périodique ou une contre-visite, faites un petit tour du côté du site de la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCRF).

Vous pouvez rechercher le centre agréé le plus proche de chez vous selon le type de véhicule, le type de carburant, le département et le code postal et voir directement les prix pratiqués par le centre. Intéressant pour comparer les tarifs !

Oui, rien ne vous oblige de faire la contre-visite dans le centre qui a constaté les défaillances. La contre-visite peut se faire dans n'importe quel centre agréé en France. Rapportez cependant le procès-verbal du contrôle technique initial ainsi que votre certificat d’immatriculation ou carte grise.
Le nombre de points à contrôler est passé de 123 à 133 en 2018 suite à une nouvelle réglementation européenne. 600 défaillances sont aujourd'hui inspectées au lieu de 450 auparavant, ce qui augmente mécaniquement la durée du temps de contrôle et donc des tarifs. Mais c'est pour une bonne cause : notre santé et notre environnement...
Si vous n'êtes pas d'accord avec le résultat du contrôle technique, il existe des voies de recours. Elles sont affichées dans le centre qui vous délivre le procès-verbal.