Comment souscrire un contrat de prévoyance individuelle ?

Pourquoi souscrire un contrat de prévoyance individuelle ?
  • Parce qu'on n'a pas de couverture prévoyance collective si l'on n'est pas salarié.
  • Parce qu'on imagine souvent être bien couvert par le régime de base auquel nous cotisons et que ce n'est que rarement le cas.

En effet, la plupart d'entre nous ignore que la couverture prévoyance de notre régime de base s’avère très insuffisante pour maintenir notre niveau de vie et celui de notre famille.

  • Parce qu'il est important de se poser les bonnes questions : 

- Etes-vous couvert même si vous n’êtes pas salarié ?
- Pour ceux bénéficiant d’une prévoyance collective, la couverture est-elle   suffisante et surtout correspond-elle à vos besoins ?
- Si demain vous deviez vous arrêter de travailler temporairement, voir  définitivement, que se passerait-il ?
- Comment assumeriez-vous les charges de la vie quotidienne et l’avenir de votre famille ? Percevriez-vous une rente ? Un capital ? 
- Savez-vous vraiment ce que vous toucheriez en cas de d’accident, de maladie ? 
- Avez-vous calculé le montant des indemnités que votre famille percevrait si vous disparaissiez ?

Prenons un exemple classique : vous vous cassez la jambe au ski et êtes immobilisé pendant 3 mois. Vous ne pouvez plus travailler temporairement. La Sécurité sociale vous verse, à partir du 4ème jour de votre arrêt de travail, des Indemnités Journalières (IJ) égales à 50% de votre salaire journalier de base(1) dans la limite de 1,8 fois le SMIC mensuel brut (soit 2.697,24€ par mois en 2018). Une perte de revenus conséquente... qui, si vous ne l’avez pas anticipée, peut déstabiliser votre vie familiale.

Si vous avez la chance d’être salarié(e) depuis plus d’un an dans votre entreprise (et sous certaines conditions d’activité), votre employeur complètera les Indemnités Journalières versées par la Sécurité sociale à hauteur de 90% de votre salaire brut les 30 premiers jours. Mais il vous versera 66% de votre salaire brut durant les 30 jours suivants(2)... soit seulement 2/3 de vos revenus. Cela peut remettre en cause la situation financière de votre foyer.

(1) Calculé sur la moyenne des salaires bruts des 3 derniers mois précédant votre arrêt de travail ou des 12 mois en cas d'activité saisonnière ou discontinue.

(2) Les durées d'indemnisation sont augmentées de dix jours par période entière de cinq ans d'ancienneté.

Face aux risques de la vie, la prévoyance individuelle s’avère être une réponse évidente. Évidente ? Pas pour tout le monde... Selon une étude, 66% des français(3) se disent préoccupés par la protection financière de leur famille en cas de coup dur et 81% estiment qu’il est important de s’assurer en cas d'invalidité, de dépendance ou de décès. Cependant, un français sur deux seulement dispose d'un contrat de prévoyance individuel.

En cas d’événement grave, les contrats de prévoyance souscrits à titre individuel complètent les prestations versées par le régime obligatoire et les indemnités des éventuels contrats collectifs. En palliant les pertes de revenus, ils sécurisent votre avenir mais aussi celui de vos proches.

(3) Source : Étude Les Français et l'assurance prévoyance - TNS SOFRES 2012 (y compris assurance emprunteur ; hors GAV).

Selon les événements, la prévoyance offre de multiples solutions.

Garantie prévoyance en cas d'arrêt de travail, d'invalidité, de décès, assurance obsèques, GAV (Garantie Accidents de la Vie), contrat Madelin pour les travailleurs non salariés... Les contrats sont nombreux et modulables. Chaque assuré construit la protection adaptée à ses besoins et ceux de sa famille.

Assurance prévoyance individuelle
voir tous nos conseils prévoyance