Attention: Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Pour un affichage optimal, merci d’utiliser un navigateur plus récent : Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge.

Avec 45% des ménages qui détiennent au moins 1 contrat(1)l'assurance-vie est considéré comme le placement préféré des Français. Son succès repose sur trois piliers : souplesse, disponibilité et fiscalité avantageuse aussi bien en cas de rachat qu’en cas de décès. Il s'agit d'un placement financier à long terme adapté à la préparation de la  retraite.
(1)Source : Fédération Française des Assurances (FFA) à fin mars 2021
Assurance vie retraite


La souplesse d'un contrat d'assurance-vie vous autorise à effectuer des versements et des rachats à tout moment (sauf cas particulier comme, par exemple, en cas de bénéficiaire acceptant).

Les indépendants disposant de revenus irréguliers peuvent ainsi alimenter leur contrat d'assurance-vie lorsqu'ils bénéficient d'importantes rentrées d'argent.

Les cadres et les salariés dont les revenus sont plus stables peuvent quant à eux opter pour des  versements réguliers, mensuels ou annuels, afin de constituer leur capital à leur rythme.

Pour tous, la possibilité de disposer de son épargne à tout moment et quel que soit le motif constitue une souplesse appréciable en cas de coup de cœur ou de coup dur.

Selon votre profil de risque et votre horizon de placement, vous choisissez entre différents supports d’investissement accessibles au sein de votre contrat, libellés en euros ou en unités de compte (actions, obligations, parts immobilières, etc.). Le support en euros comporte une garantie en capital au moins égale aux sommes versées nettes de frais mais offre actuellement un rendement faible (1,30% net en moyenne pour l’année 2020(2)). A contrario, le capital investi sur les supports en unités de compte n’est pas garanti et expose au risque de perte en capital mais permet aussi de bénéficier d'une meilleure espérance de rendement.

Vous pouvez choisir vous-même les investissements à réaliser on parle alors de gestion libre.

Selon les contrats et pour plus de tranquillité, vous pouvez aussi déléguer la gestion de votre épargne à des experts, dans le cadre d'une gestion profilée ou sous mandat. Une gestion à horizon privilégie quant à elle la prise de risque lors des premières années, puis la sécurité à l'approche de la retraite.

Le choix du curseur entre risque et sécurité renforce la flexibilité de l'assurance-vie. D'autant qu'un contrat d'assurance-vie n'est soumis à aucun plafond d’investissement.

(1)Source : Fédération Française des Assurances (FFA) à fin mars 2021

Même s’il est possible d’effectuer des rachats à tout moment, il est recommandé de conserver son contrat sur du moyen-long terme compte tenu de la fiscalité spécifique à l'assurance-vie.

En cas de rachat, les produits acquis par vos versements (autrement appelés plus-values) seront soumis à une imposition qui dépendra de l’ancienneté du contrat et de la date des versements. A cela s’ajoutent les prélèvements sociaux (au taux de 17,2% au 01/01/2021).

 Après 8 ans, un rachat total ou partiel permet de bénéficier d’un abattement annuel de 4.600 € pour une personne seule ou de 9.200 € pour un couple soumis à imposition commune. Cet abattement vaut pour l’ensemble des contrats d’assurance-vie et de capitalisation que vous détenez. 

L'assurance-vie offre des conditions avantageuses au moment du  décès du souscripteur.
Un contrat d'assurance-vie n'est pas soumis aux règles légales de succession. Cela signifie que vous pouvez désigner librement les bénéficiaires de votre contrat, c’est-à-dire la ou les personne(s) qui toucheront les sommes présentes sur votre contrat d’assurance vie au moment de votre décès.

En termes de fiscalité, cela se traduit par un abattement sur le capital décès transmis en deçà de 152.500€ par bénéficiaire, issu des primes versées par le souscripteur avant ses 70 ans.

Au-delà de ce plafond, taxation :

  • au taux de 20% jusqu'à 700.000€
  • au taux de 31.25% au-delà de 700.000€

Quant aux primes versées par le souscripteur après 70 ans, elles sont soumises aux droits de succession, au barème progressif, après abattement de 30.500 €. Cet abattement s’applique globalement à tous les contrats souscrits par le souscripteur et pour tous les bénéficiaires.

assurance vie succession

Au terme du contrat d'assurance-vie plusieurs options sont possibles selon vos choix et votre situation :

  • un rachat total pour disposer de l’intégralité de la somme. Cela peut constituer par exemple un apport pour l'achat d'un bien immobilier pour partir vivre sa retraite au soleil,
  • des rachats ponctuels, pour faire face à des dépenses personnelles.

Dans les 2 cas, les sommes seront fiscalisées et feront l’objet de prélèvements sociaux.

Une rente à vie  pour bénéficier d'un revenu complémentaire à sa pension de retraite. Ce système consiste à convertir votre capital en une rente perçue jusqu’à votre décès. Son montant est calculé en fonction, notamment, du capital accumulé et de l'espérance de vie.

La taxation de la rente à vie dispose d’une fiscalité spécifique.

La fraction imposable est de 40% de la rente après 60 ans, et tombe à 30% après 70 ans*.

Il est également possible de mixer rachat en capital et versement d’une rente à vie ou encore d’effectuer des rachats partiels programmés.

*Article 158, 6° du Code général des impôts.
avenir
Vous souhaitez épargner, protéger vos proches ou encore prendre soin de votre santé ?