Comment prévenir l’absentéisme au travail ?

Allianz - Salle de réunion vide


60 milliards d’euros1. C’est ce que coûte l’absentéisme aux entreprises en France.

Si dans la plupart des cas, c’est l’état de santé du salarié - ou celui de ses proches - qui le conduit à se mettre en arrêt, les conditions de travail jouent aussi un rôle déterminant.

L’absentéisme au travail, sujet sensible ? Oui, si l’on considère l’étude de l'institut Alma Consulting Group : le taux d’absentéisme s’élèverait à 4,59 %, ce qui représente en moyenne 16,7 jours d’absence par salarié1. Considéré comme un indicateur clé de la performance sociale d’une entreprise, un absentéisme élevé reflète généralement un dysfonctionnement dans l’entreprise et doit conduire le chef d’entreprise à une remise en question de son organisation et des conditions de travail.  

Taux d’absentéisme = nombre de jours d’absence (ou d’heures) / nombre de jours (ou d’heures) de travail * 100



Conséquences sur les finances et la productivité de l'entreprise 

Si l’on cumule les coûts directs (coût de remplacement, coût de maintien du salaire, perte de valeur ajoutée, etc.) et les coûts indirects (coût de la prévoyance, retard dans les délais, impact sur la qualité, mécontentement des clients, etc.), l’addition est lourde. Toujours selon l’étude de l'institut Alma Consulting Group, 1 % d’absentéisme coûterait 1,87 % de la masse salariale. Au-delà de l’aspect financier, les arrêts de travail ont des répercussions sur l’ambiance de travail et affectent la productivité. Il est donc nécessaire de s’intéresser aux raisons de l’absentéisme en établissant un diagnostic et de mettre en place des mesures pour y remédier.

 

Repérer les causes d’absentéisme 

Court, long ou récurrent : l’absentéisme prend plusieurs formes.

Il peut avoir des origines personnelles :

  • problèmes de santé non liés au travail (maladie, épidémie grippale, etc.) ;
  • contraintes familiales (garde d’enfant, situation d’aidant, etc.) ;
  • absence de confort non justifiée.

Il peut aussi avoir des origines professionnelles :

  • accident du travail dû à un environnement non conforme aux normes d’hygiène et de sécurité ;
  • maladie professionnelle (troubles musculo-squelettiques par exemple) ;
  • les accidents de trajet ;
  • des conditions de travail difficiles ou dégradées : restructuration ou réorganisation du service, manque de reconnaissance ou de soutien de la hiérarchie ou des collègues, atmosphère stressante, rythme de travail intensif, manque d’autonomie, absence de perspectives professionnelles, déséquilibre entre vie professionnelle et vie privée, etc.

 

Améliorer la qualité de vie au travail et agir contre l’absentéisme 

L’absentéisme n’est pas une fatalité. Après en avoir déterminé les causes, il est essentiel de mettre en place des actions de prévention pour améliorer le bien-être au travail et réduire les absences en impliquant les salariés.

Un plan d’accompagnement par un cabinet d’experts ou de consultants (médecins, psychologues, psycho-sociologues, ergonomes…) permet d’aider les collaborateurs à retrouver leur capacité de travail, de limiter l’absentéisme et de préserver le climat social dans votre entreprise.

Voici quelques conseils pour éviter l’absentéisme :

  • améliorer l'ergonomie pour réduire la pénibilité du poste de travail ;
  • sensibiliser et former les managers de proximité à l’animation d’équipes pour renforcer le dialogue dans les équipes, apprendre à gérer le stress et les émotions ;
  • formaliser les entretiens de retour après absence ;
  • motiver et fidéliser le personnel à travers des perspectives d'évolution de carrière, des plans de formation, une reconnaissance financière (épargne salariale, protection sociale, intéressement, etc.) ;
  • prendre en charge les risques pour diminuer les accidents du travail et des maladies professionnelles ;
  • communiquer sur les conséquences économiques et organisationnelles liées à l’absentéisme, être à l’écoute des réclamations des salariés et des représentants du personnel tel que le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ;
  • faire vacciner le personnel pour réduire les risques d’épidémie au sein de l’entreprise.

Pour aller plus loin : Agence nationale pour l’amélioration des conditions de vie au travail (Anact).

1 Source : Alma Consulting, Baromètre de l’absentéisme, 7ème édition, étude réalisée du 13 mars au 19 mai 2015 auprès d’un panel de 268 entreprises du secteur privé en France en partenariat avec Goodwill-management.


Informations publiées en juin 2016.

Prévoyance des salariés de l'entreprise

Allianz - assurances2
La prévoyance collective Allianz vous donne l’opportunité de mettre en place des prestations de prévoyance modulaires et fiscalement avantageuses.