Paris, le 27 septembre 2017

Allianz Global Wealth Report : le patrimoine financier des ménages augmente malgré la tourmente

Allianz - global-wealth-report-2017 
  • En 2016, les actifs financiers des ménages ont augmenté de plus de 7%, portant le total à près de 170 000 milliards d’euros.
  • Les dépôts bancaires restent populaires puisqu’ils représentent 2/3 des placements, malgré le coût de l’inflation, estimé à 300 milliards d’euros.
  • Pour la première fois depuis 2009, l’endettement des ménages augmente plus vite que le PIB.
  • Les ménages américains prennent la tête du classement des patrimoines financiers, devant les suisses pour la première fois.
  • En France, les ménages restent prudents et épargnent assidument.

Allianz dévoile la huitième édition de l’Allianz Global Wealth Report, rapport mondial sur le patrimoine financier des ménages, qui analyse les actifs et passifs financiers des ménages dans 53 pays.

L’année 2016 a été fortement agitée sur le plan politique, mais le patrimoine financier des ménages a retrouvé des couleurs au niveau mondial.

Après une année 2015 au ralenti - 4,7 % de croissance des actifs financiers[1], ceux-ci enregistrent une croissance de 7,1 % en 2016. Les actifs financiers battent donc un nouveau record s’élevant à près de 170 000 milliards d’euros.

L’excellente performance de l’année dernière s’explique en grande partie par la reprise des marchés boursiers en fin d'année, notamment dans les pays industrialisés. En effet, près de 70 % de la croissance des actifs l’an dernier est attribuable aux variations de la valeur des portefeuilles, et seulement 30 % au montant des sommes épargnées, le contraire de l’année précédente. Pourtant, les ventes de titres ont dépassé les achats et les deux tiers des capitaux sont allés dans les comptes courants, un nouveau record.

« Le comportement d’épargne reste marqué par l’intolérance au risque » déclare Ludovic Subran, Directeur de la Recherche Economique du Groupe Allianz. « Bien que les placements financiers aient contribué majoritairement à l’enrichissement des ménages, ceux-ci préfèrent la liquidité des comptes bancaires, et paient le prix fort : près de 300 milliards d’euros en raison de l’inflation l’an dernier. Un chiffre qui devrait doubler cette année. »

L’accélération du patrimoine financier vient principalement des Etats-Unis (6%), de l’Europe (4,7%) mais l’Asie (hors Japon) est en pole position avec 15 % de croissance l’an dernier. Le monde émergent (Amérique latine, Europe de l’Est et Asie hors Japon) représente 23 % des actifs financiers bruts mondiaux en 2016. Cette part a plus que doublé sur les dix dernières années puisqu’il représente 42% des nouveaux actifs financiers ; la Chine représente à elle seule 30 %.

Les dettes des ménages ont augmenté de 5,5 % en 2016, soit le taux de croissance le plus haut depuis 2007, et pour la première fois depuis 2009, un taux plus élevé que le taux de croissance du PIB nominal. Le taux de l’endettement mondial a gagné près de 1 point pour s’établir à 64,6 %.

La croissance de l’endettement s’est légèrement accélérée en Europe de l’Ouest, en Europe de l’Est et en Amérique du Nord. Il a décéléré en Amérique Latine. En Asie (hors Japon), la dette a cru de 17 %, largement tirée par l’endettement des ménages chinois (+23%). Cette région représente désormais
20 % des dettes privées mondiales - trois fois plus qu’il y a dix ans -, soit 41 000 milliards d’euros. Le ratio de dettes privées en points de PIB a bondi de 17 points sur les cinq dernières années en Chine et de 6 points sur la seule année 2016. À titre de comparaison, sur les cinq années qui ont précédé la grande crise financière, le taux d'endettement des États-Unis a grimpé de 20 points de pourcentage.

Malgré la hausse rapide de la dette, les actifs financiers nets – actifs financiers bruts diminués de la dette – se sont hissés à un nouveau record mondial de 128 500 milliards d’euros fin 2016, soit une croissance annuelle de 7,6 %.

Les États-Unis ravissent la première place à la Suisse en 2016 dans le classement du patrimoine financier à travers le monde.

Les pays scandinaves et asiatiques tiennent toujours la corde. En fait, seul un pays de la zone euro reste inclus dans les 10 premiers pays : les Pays-Bas. Au vu de la croissance relativement robuste de l’année dernière, la France prend la 15ème place du classement des 20 pays aux ménages les plus riches financièrement, gravissant un échelon par rapport à l'année précédente et échangeant sa place avec l’Italie.

Allianz - global-wealth-report-2017

La distribution de la richesse mondiale s’uniformise lentement grâce à la Chine

Le nombre de personnes appartenant à la classe moyenne[2] en termes d’avoirs financiers a plus que doublé entre 2000 et 2016, passant d'environ 450 millions, à plus de 1 milliard. Près de 600 millions de personnes ont rejoint cette classe moyenne par l’enrichissement financier depuis 2000. La Chine est de loin le premier contingent.

Pourtant, 10 % des personnes les plus riches financièrement détiennent 79 % des actifs financiers nets (contre 91 % en 2000) ou 50% des moins riches se partagent 1% des actifs financiers mondiaux. En revanche, contrairement à la distribution des revenus, les actifs augmentent plus lentement en queue de distribution qu’au milieu.

Les ménages français sont des épargnants prudents mais assidus

En France, les actifs financiers nets ont augmenté de 6,7 % en 2016, ce qui est plus rapide que la croissance de l'année précédente et au-dessus de la moyenne de la zone euro (+4,6 %). L’amélioration de la performance est le fruit de deux évolutions distinctes : d’un côté, la croissance des dettes a ralenti à 2,4 %, signe de prudence - ce chiffre a contrasté avec ceux des autres pays de la zone euro, où les taux d’intérêt extrêmement bas ont attisé la propension à l’endettement ;  de l'autre, la croissance des actifs financiers s'est accélérée pour atteindre 5,5 %, en raison notamment d’une forte augmentation des actifs liés à l’assurance et aux retraites.

Néanmoins, depuis 2012, début des politiques monétaires non conventionnelles de la Banque Centrale Européenne, la performance des ménages français est, comme pour le reste de la zone euro, en perte de vitesse. Le rendement des actifs financiers s'est élevé à 4,6 % sur cette période en France contre 3,4% en Allemagne et 6,3% aux Pays-Bas. Les variations de portefeuilles ont représenté environ la moitié de la croissance des actifs en France. Les épargnants français comme les allemands détonnent. Ce sont les seuls qui économisent une partie des revenus du travail pour enrichir leur patrimoine alors que dans tous les autres pays, les actifs financiers augmentent exclusivement en raison de la valeur des portefeuilles, lequel est également utilisé en complément des revenus du travail.

« Dans de nombreux pays, c'est l’argent qui travaille pour les épargnants, alors qu’en France, les épargnants travaillent dur pour protéger leurs actifs contre les faibles taux d’intérêt », explique Ludovic Subran. « Sur les trois dernières années, les épargnants français ont placé près de 56 milliards d’euros provenant de leurs revenus professionnels (soit 840 euros par tête) au lieu de les consacrer à des dépenses de consommation. »

« L’épargne financière des Français est une force incroyable pour sécuriser les parcours de vie et financer l’investissement. La reprise économique et la vague de transformations que connaît la France sont autant d’opportunités pour améliorer le patrimoine financier des ménages tout en lui donnant un plus grand rôle dans l’économie. Cette réflexion doit être étendue à l’Europe. Une plus grande intégration financière serait bénéfique pour l’épargnant comme pour le financement de l’investissement et de l’innovation. » conclut Jacques Richier, Président-directeur général d'Allianz France.

Pour accéder à l’étude:

https://www.allianz.com/v_1506419659000/media/economic_research/publications/specials/en/AGWR_17_english.pdf

Une carte interactive des actifs et passifs des ménages est disponible ici :

https://www.allianz.com/en/economic_research/research_data/interactive-wealth-map


[1] Les actifs financiers incluent les liquidités et dépôts bancaires, les créances de compagnies d’assurance et d’institutions de retraites, les titres (actions, obligations et fonds d’investissement) et autres créances.

[2] La détermination des classes de richesse s’appuie sur les actifs financiers nets moyens par tête au niveau mondial. En 2016, cette moyenne était de 25 510 euros. La classe moyenne mondiale inclut toutes les personnes dont les actifs sont compris entre 30 % et 180 % de la moyenne mondiale. Cela signifie que pour 2016, les seuils d’actifs entrant dans la définition de la classe moyenne mondiale sont de 7 700 et 45 900 euros.

.

Contacts Presse Allianz France

Sophie Greiner
01 58 85 41 42
sophie.greiner@allianz.fr

Anne-Sandrine Cimatti
01 58 85 21 55
anne-sandrine.cimatti@allianz.fr

Marie-Françoise Hulin
01 58 85 16 57
marie-francoise.hulin@allianz.fr

Sandrine Pichavant
01 58 85 34 02
sandrine.pichavant@allianz.fr

.

.

.

A propos d’Allianz

Allianz, un des leaders mondiaux de l’assurance propose une offre complète qui couvre tous les besoins en assurance, assistance et services financiers des particuliers, professionnels, entreprises et collectivités. Avec près de 140 000 salariés dans le monde, Allianz est présent dans plus de 70 pays, au service de 86 millions de clients.

Assureur généraliste, spécialiste du patrimoine, de la protection sociale, Allianz France s'appuie sur la richesse de son expertise et le dynamisme de ses 9 000 collaborateurs en France. Près de 7 000 intermédiaires commerciaux, Agents, Conseillers, Courtiers, Partenaires conseillent et accompagnent 5,5 millions de clients qui font confiance à Allianz France.

Retrouvez toute l'actualité d'Allianz France sur www.allianz.fr