La Chronique d'Estelle Mossely

L’échec pour repartir au combat - Allianz Restart ( Chronique Estelle Mossely )

 

A travers mes chroniques, je veux partager avec vous mon regard sur la vie, le sport, l’entreprise, la société. Je suis actuellement en pleine préparation de mon prochain combat qui devrait se tenir le 14 juin. De San Francisco où je me prépare, je pense à tous ceux et toutes celles qui ont aussi des échéances, des objectifs ou juste des rêves.

Les miens s’enchaînent, combat après combat dans ma quête du titre mondial chez les professionnelles à Toulouse le 16 Mars dernier. Une semaine avant, c’était le 8 mars.Journée internationale des droits des femmes.

C’était hier mais déjà loin. Concentrée dans la préparation, pleinement engagée à ne rien lâcher pour gagner mon quatrième combat, je n’ai pas pu répondre à toutes les sollicitations.

 Elles me flattent chaque année un peu plus. Depuis Rio et ma médaille d’Or olympique, je mesure le parcours accompli et aussi sa résonance. Elle me garde attentive et compétitive.

 Cette journée du 8 mars, je l’avais un peu vécu à ma façon en Juin 2018.Les 18 et 19 juin lorsque je me mobilisais à l’initiative d’Allianz aux cotés d’autres grandes championnes : Eugénie Le Sommer, Emilie Gomis, Laura Georges et l’influenceuse Sport Marine Noiret-Lioret.

 Pour sa 4ème édition, Allianz France renouvelait son programme Allianz Restart avec une édition 100% féminine, ouverte à plusieurs sports donc parmi lesquels la boxe que j’ai pu faire découvrir, le football, le basketball… Le stade Allianz Riviera a été un beau terrain de jeu et d’échanges avec l’accueil et la rencontre avec 12 jeunes filles âgées de 13 à 17 ans venant de toute la France. Toutes pratiquaient des sports différents : rugby, gymnastique, football, hockey sur glace, handball, boxe.

 Pendant ces deux jours, on a joué aux coachs sportives mais on a aussi beaucoup appris d’elles. Ces jeunes filles, c’est nous il y a quelques années. Nous face à un échec qu’on pense ne pas pouvoir, ne pas savoir surmonter. Nous dans le doute. Nous face à cette peur de l’échec  renouvelé. Nous toutes lorsqu’on ne sait pas comment trouver le chemin pour gagner.

 Ce sentiment, je l’ai connu moi aussi, au moment des qualifications pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012. C’est alors la première fois que les femmes peuvent concourir aux JO en Boxe. J’avais tout pour réussir et me qualifier et j’échoue au pied du podium, au pied de la médaille. Celle qui m’aurait permis de réaliser mon rêve.

 Après un échec, dans le sport, en entreprise ou de manière générale dans nos vies : nous n’avons qu’un choix. Avancer. Continuer à y croire. Se défier toujours plus.

 Après Londres, j’ai la chance d’intégrer le Pacte de Performance et de rencontrer mon futur employeur : Allianz.

 Mon rêve n’était en réalité pas olympique. Mon rêve, c’était d’être ingénieur.

Je voulais intégrer ce corps de métier et construire ma vie autour de ce qui me passionnait. J’y suis parvenue aujourd’hui. Lorsque j’ai intégré les équipes d’Allianz à La Défense, j’ai pu découvrir des profils différents et bénéficier de l’expérience de mes collaborateurs/collègues.

 Allianz me donnait une chance. Celle d’embrasser le métier qui me passionnait.

Lors de l’Allianz Restart, c’était le message à envoyer : se donner la chance. Une nouvelle chance pour un nouveau départ. Toutes les participantes se sont surpassées. Et j’ai alors compris qu’en donnant de notre temps, de notre expérience, on pouvait faciliter, contribuer à inspirer d’autres générations.  Et c’est aussi là notre responsabilité d’athlète de haut niveau, de championnes, de femmes accomplies : transmettre notre force mais également se nourrir de celle de milliers d’anonymes prêtes à nous prouver que le combat n’est jamais vraiment terminé.