Menu Retour

Définir la dépendance et la perte d'autonomie : les pathologies

Petit garçon avec son grand-père


La population en France vieillit.

Ce phénomène démographique est entraîné par l’allongement de la durée de vie et par le vieillissement de classes d’âges nombreuses du « baby-boom » (les personnes nées en France entre 1945 et 1965).

Qu’entend-t-on par dépendance, perte d’autonomie ?

En vieillissant, les soucis de santé sont plus fréquents et peuvent conduire à des situations d’invalidité. Certaines personnes ne peuvent plus réaliser toutes seules des actions simples mais vitales de la vie de tous les jours comme se déplacer, se laver, manger…

Elles perdent une part de leur autonomie et deviennent dépendantes de l’aide d’un tiers. Par ailleurs, certaines maladies graves peuvent entraîner de fortes pertes d’autonomie comme les maladies neuropsychiques (Alzheimer, Parkinson…).

En France, c’est le terme de « dépendance » qui a été retenu pour définir l'état des personnes âgées en perte d’autonomie. Un terme nouveau est ensuite apparu pour parler des proches qui viennent en aide à des personnes âgées de leur famille : ce sont les « aidants ».


Le point sur quelques pathologies

La situation de dépendance peut être engendrée par une maladie neurodégénérative. Ainsi, les pathologies comme Alzheimer, Parkinson, Huntington, scléroses, démences… sont à l’origine de la destruction progressive du système nerveux. Ces pathologies entraînent alors une altération des fonctions cognitives, de la mémoire, jusqu’à la perte de la maîtrise du corps.

Ces pertes de contrôle aboutissent à la dépendance des personnes qui en sont atteintes, notamment les personnes âgées. Bien qu’une cause génétique puisse être attribuée à certaines de ces pathologies, d’autres se déclarent pour des raisons encore inconnues et parfois, seuls les symptômes peuvent être soignés.

Assurance dépendance

L’allongement de la durée de vie conduit à l’émergence d’un nouveau risque : celui de la dépendance des personnes âgées.