Guides assurance ›
Facteurs externes accident

Accident de la route : ces facteurs à prendre en compte au volant

Un accident de la route peut être provoqué par une imprudence au volant, mais aussi par un facteur externe, généralement pris en charge par les assurances auto tous risques des assureurs. Piéton, cycliste, autre automobiliste... La route est un espace partagé où chacun doit prêter attention au comportement de l'autre, ainsi qu'aux conditions climatiques.

Les facteurs externes d'accident de la route

  • Les piétons : une seconde d'inattention en ville et un conducteur peut se rendre responsable d'un choc avec un piéton, lorsque ce dernier traverse la route.

  • Les deux roues : un cycliste ou un motard peut facilement se faufiler dans la circulation, mais aussi rapidement être accroché par un automobiliste peu attentif à la route.

  • Les autres véhicules : un conducteur coupable d'une imprudence au volant peut provoquer un accident de la route et impliquer un autre véhicule, en le percutant de face par exemple (conduite à contre sens, franchissement de ligne blanche).

  • Les animaux : qu'ils soient sauvages (sanglier, cerf) ou domestiques (chien, chat), ils peuvent provoquer un choc ou une sortie de route en surgissant sur le bitume.

  • Les conditions météorologiques : pluie, neige, vent violent... Les intempéries augmentent les risques d'accident de voiture (chaussée glissante, perte d'adhérence, diminution de la visibilité).

Prévenir les facteurs externes d'accident de la route

  • Adopter une conduite vigilante.
    En ville, les risques d'accrocher un piéton ou un vélo sont accrus. Il convient donc de redoubler de vigilance, en scrutant la route et les angles morts. A la campagne, les risques de collision avec un animal sont en principe annoncés par la signalisation. Lorsqu'un animal surgit sur la route, le conducteur doit garder fermement les mains sur le volant, freiner avec force et ne surtout pas sortir de la route pour éviter l'obstacle. L'éventuel choc avec l'animal est un moindre mal par rapport à une sortie de route potentiellement beaucoup plus dangereuse

  • Se méfier des intempéries.
    Conduire sous la pluie réclame une adaptation nécessaire de son comportement au volant (ralentir son allure, éviter les accumulations d'eau, etc.) et une vérification de l'état des équipements de son véhicule (éclairage, essuie-glace, pneus), pour diminuer le risque d'aquaplaning. Sur neige, la conduite demande souplesse et anticipation pour éviter les dérapages. Lorsque les conditions sont extrêmes (tempête), mieux vaut renoncer à prendre la route.

S'assurer contre tous les types d'accident de la route

Lorsqu'un conducteur heurte un piéton, un cycliste ou un animal, ou qu'il effectue un aquaplaning, sa responsabilité est généralement retenue sauf cas particuliers (tentative de suicide d'un piéton, animal domestique dont le propriétaire est identifié, etc.). Posséder un contrat d'assurance voiture avec la garantie "dommages tous accidents" permet d'être indemnisé même en cas d'accident responsable, ce qui n'est pas le cas de l'assurance auto au tiers.